Silex x Altaris : les prémices de l’Acheteur Augmenté

En avril dernier, sur le Salon des Achats de Paris, nous avons eu le plaisir de co-animer un workshop avec Alain Alleaume, PDG et fondateur du cabinet de conseil Altaris. Nous avons échangé au sujet du rôle des nouvelles technologies et des réponses concrètes qu’elles apportent aux services Achats. C’était l’occasion pour nous de partager notre vision en matière de sourcing, scouting, et d’analyser les enjeux du digital aujourd’hui.

L’atelier Silex x Altaris avec Nicolas Bridey, co-fondateur Silex et Alain Alleaume, fondateur Altaris.

Accompagnés de notre partenaire, nous nous sommes demandés : Comment le digital et les nouvelles technologies vont assister les acheteurs de demain ? Pour y répondre, les fondateurs de Silex et d’Altaris nous livrent leurs analyses.

Pour mieux se projeter dans l’avenir des Achats, Alain Alleaume commence la présentation par l’état des lieux de la transformation des Achats depuis l’avènement de l’informatique. Dès les années 1970-80, tous les process et toutes les fonctions de l’entreprise se sont vues impactées, mais la fonction Achats, encore assez nouvelle à l’époque doit déjà mettre en place et consolider ses procédures avant d’entamer son informatisation. C’est dans les années 90, avec l’évolution des systèmes d’informations, qu’on voit apparaître les premières évolutions technologiques au sein des Achats. Les offres ERP telles qu’Oracle ou SAP voient le jour et représentent déjà une avancée importante dans le processus de transformation de la fonction. Puis, dans les années 2000, les premières solutions dédiées aux services Achats émergent, les principaux acteurs de solutions font leur entrée : Ivalua, Synertrade, Oalia etc… c’est la première révolution pour les Achats !

Pendant que ces nouvelles solutions e-Achats se développent, d’autres éditeurs imaginent déjà une sorte de hub où acheteurs et fournisseurs réaliseraient leurs transactions. De nouveaux éditeurs – qui vont considérablement impacter le marché – apparaissent et lancent les marketplaces. Parmi les géants du secteur, on retrouve Amazon, Cdiscount ou encore Rueducommerce. Cependant, malgré un investissement considérable dans les années 2000, les marketplace peinent à trouver leur place et à s’imposer auprès des acteurs BtoB, et ne répondent pas aux processus métier de la fonction Achats.

Le digital pour apporter plus de valeur

Aujourd’hui, il faut savoir tirer les bénéfices liés aux nouvelles technologies, – qui sont maintenant à notre disposition -, afin de créer des hubs ou des plateformes évolutives qui assistent au mieux les acheteurs, en leur transmettant la connaissance au bon moment. Pour apporter des réponses concrètes à ces problématiques, 4 dimensions du digital que nous exploitons avec Silex ont été identifiés pour offrir aux acheteurs un service d’un niveau inégalé :

  1. Social : pour fluidifier les flux, avec les fournisseurs mais aussi avec les clients internes.
  2. Mobilité : pour avoir accès à l’information, à n’importe quel endroit et à n’importe quel moment.
  3. Analytics : pour structurer les données disponibles et les exploiter au bon moment.
  4. Offre Cloud : pour des déploiements simples, pour s’assurer de détenir les bonnes informations sans prendre le risque d’en manquer.

Pour apporter plus de valeur au métier et initier la transformation vers ce qu’Alain Alleaume appelle “l’acheteur augmenté”, les services Achats doivent rapidement mettre en place des solutions qui répondent à 4 enjeux :

  • Garantir l’accès à des informations fiables, actualisées et pertinentes : Dans le processus de sourcing, l’acheteur doit détenir une donnée de qualité en temps réel, pour avoir une connaissance parfaite de l’environnement fournisseurs. Détenir une donnée fiable, dès sa collecte au sein de la source est aujourd’hui primordial pour garantir sa qualité dès son origine, afin de mener une gouvernance efficace des données. Sur Silex, les données provenant de multiples sources alliées à des technologies d’analyse sémantique et à un réseau fournisseurs complet offrent aux acheteurs un sourcing exhaustif. Silex leur offre une vue directe sur les données indispensables permettant ainsi d’être au courant en temps réel de la situation et de la santé de chaque entreprise.
  • Développer l’aide à la décision : Aujourd’hui, les systèmes d’informations ne savent uniquement traiter la donnée structurée. Le travail de préparation à réaliser en amont des requêtes est donc important. Grâce aux technologies de Big Data, nous pouvons traiter des données internes et externes à l’entreprise, mais surtout des données structurées et non structurées. Il faut trouver et exploiter des outils pour donner du sens aux données afin d’accélérer le processus de connaissance fournisseurs. Plus on dispose de données, à la fois internes et externes à l’entreprise, plus on détient d’informations – indispensables à la bonne exécution de sa stratégie. Grâce à Silex, l’acheteur a une vision claire et centralisée des données, qui sont aujourd’hui dispersées et non structurées.
  • Time to market : Pour être performants, les acheteurs ont besoin de prendre rapidement leurs décisions, il faut avoir accès à la donnée au jour le jour. Connaître les offres innovantes proposées par les entreprises de son référentiel fournisseurs, mais aussi par les entreprises que l’on n’a pas encore identifiées, est primordial pour la construction de ses panels. À l’instant où un besoin est remonté par le métier, il faut avoir ces connaissances pour s’assurer de ne pas passer pas à côté d’une véritable solution. Pour cela, des technologies de scouting fournisseurs existent à présent pour identifier automatiquement les fournisseurs qui correspondent le plus à leur besoin, à un instant T. Dans un contexte où les segments de marché se transforment de plus en plus vite, l’information collectée hier n’est peut-être fiable aujourd’hui, et le recours aux nouvelles technologies est essentiel pour rester au courant des dernières innovations ou changements majeurs.
  • L’automatisation des tâches : La robotisation et l’automatisation rendue possible grâce à des technologies de pointe en matière d’intelligence artificielle constitue un autre enjeu à intégrer dans sa stratégie. L’objectif de la dématérialisation des flux est aussi de pouvoir automatiser certaines tâches chronophages, et permettre à l’acheteur d’allouer son temps aux missions sur lesquelles il a le plus d’impact. Sur Silex, l’assemblage de technologies d’Intelligence Artificielle (Web sémantique, Machine Learning, Deep Learning …) permet de proposer une solution unique en terme d’usage et de performance. La plateforme permet d’automatiser les tâches récurrentes et chronophages et de réduire les risques d’erreur. Dès qu’un projet d’Achats est remonté par le métier, la technologie scanne automatiquement les entreprises du référentiel fournisseurs, mais aussi et surtout celles que l’on n’a pas encore identifiées. Grâce à des technologies de crawling et scrapping, les entreprises susceptibles de répondre au sourcing, mais que l’on ne connaît pas forcément, sont directement identifiées.
Comment le digital et les nouvelles technologies vont assister les acheteurs de demain ?

Le Big Data : facteur clé de réussite

Aujourd’hui, le débat porte sur les processus métiers à concilier avec la data maintenant à disposition des services Achats. D’une part il faut gérer, moderniser et digitaliser les procédures, d’autre part il faut détenir et exploiter les données. Les process sont des règles de gestion paramétrables en fonction des clients et des besoins. Des règles dans lesquelles on peut intégrer des réglementations de normes, de conformités, des points de vigilance etc… Ces “règles” seront amenées à évoluer et existeront toujours mais ce sont les données qui vont permettre aux acheteurs d’enrichir ces processus. La data va apporter de l’information supplémentaire à chaque étape du processus, et permettra demain d’accompagner l’utilisateur dans sa prise de décision, en le guidant dans chacun de ces choix. Les algorithmes sont capables d’apprendre en autonomie, et implémentés aujourd’hui, ils pourront demain passer d’une approche corrélative à une approche prédictive, pour rapidement être prescriptifs : guider l’utilisateur vers le meilleur scénario.

Cela nous amène à repenser le nouveau rôle de l’acheteur. Demain, l’acheteur sera à la fois un risk manager, un data analyst et plus que jamais un sourcing manager. Il aura une meilleure vision du marché fournisseurs et participera au business network. Il sera un véritable business partner et renforcera sa collaboration avec ses clients internes. Avec les réseaux sociaux de l’entreprise il pourra même jouer un rôle de community manager avec ses fournisseurs.

Exploiter les nouvelles technologies pour apporter aux acheteurs l’information dont ils ont besoin pendant la phase de sourcing est l’un des objectifs principaux de Silex. En faisant appel aux technologies et au digital pour gagner en temps et en performance lors de ces étapes, ils peuvent se concentrer sur les missions essentielles et pour lesquelles ils sont indispensables : tisser des relations durables avec leurs fournisseurs et renforcer les stratégies de réduction des coûts, pour participer pleinement à la croissance du chiffre d’affaires de leur entreprise.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *